Tout le monde croit pouvoir faire la différence entre les fruits et les légumes aisément. La fraise est un fruit. La pomme de terre est un légume. Pourtant, le doute s’installe facilement quand on apprend que la tomate est un fruit.

Comment différencier un fruit d’un légume ? Voici quelques astuces pour bien classer ces aliments.

Les différences botaniques entre un fruit et un légume


D’un point de vue botanique, le fruit est l’organe comestible issu du pistil des fleurs des plantes. Il résulte du développement de l’ovaire de la fleur : organe reproducteur situé au centre de cette dernière.

Suite au processus de fécondation, la paroi de l’ovaire devient la paroi du fruit qui contient les graines nécessaires pour sa reproduction. Cette paroi peut devenir la peau du fruit ou sa partie juteuse. Il peut également s’agir de la peau protégeant les noyaux et les pépins.

Il existe des fruits qui sont dits fruits complexes ou faux fruits, comme c’est le cas de la fraise. Celle-ci fait partie des rares fruits dont on consomme le réceptacle floral une fois devenu charnu.

La plupart des fruits possèdent des graines, mais il existe certaines exceptions comme la banane. Il arrive aussi que l’on retrouve des traces d’inflorescence sur les fruits. Ces dernières sont en réalité des restes de fleurs.

Pour ce qui est du légume, il se désigne comme étant la partie comestible d’une plante potagère. On peut également le définir comme le fruit issu des plantes de la famille des légumineuses.

La particularité du légume réside dans ses formes variées. Par exemple, il peut se présenter sous forme de feuilles, comme c’est le cas des épinards et de la salade. On le retrouve également en bulbes (comme pour l’oignon) ou en tubercules (comme pour les carottes).

Par ailleurs, il peut aussi s’agir de tiges, comme c’est le cas pour les poireaux et les fenouils. Enfin, il est important de mentionner les graines (comme les lentilles et les pois chiches), ainsi que les germes tels que le soja.


Quelles sont les différence entre un fruit et un légume ?

Qu’en est-il de la distinction en gastronomie ?


En cuisine, la distinction entre un fruit et un légume se fait beaucoup plus simplement et chacun peut classer et nommer les fruits et légumes comme bon lui semble. Généralement, on se réfère à l’usage que l’on en fait.

À partir du moment où l’aliment se consomme salé, il est considéré comme étant un légume. C’est d’ailleurs le cas de la tomate qui est en réalité un fruit. On peut donc considérer les accompagnements en entrée ou en plat comme des légumes. Ces derniers sont généralement présentés avec de la viande ou du poisson.

D’un autre côté, le fruit a pour réputation d’être consommé sucré et servi en dessert pendant le petit déjeuner ou même pour le goûter. La plupart des fruits possèdent une enveloppe comestible, comme c’est le cas de la prune, de la framboise, de l’abricot et de la pêche.

D’autres aliments comme la noix et la châtaigne sont aussi communément considérés comme des fruits.

Les fruits aux apparences trompeuses


Beaucoup de fruits ont tendance à être catalogués comme étant des légumes simplement car on les cuisine dans des recettes salées. C’est d’ailleurs le cas de nombreux faux légumes comme l’aubergine, la tomate, l’avocat, les petits pois et les haricots.

Malgré les idées reçues, la courgette, les concombres, les olives et les aubergines sont également des fruits que l’on consomme salés. Au sens botanique, le fait qu’ils soient constitués d’une graine et d’une enveloppe les entourant les classe dans la catégorie fruits. En revanche, ils demeurent des légumes culinairement parlant.

À l’inverse, la rhubarbe qui est généralement travaillée avec du sucre afin d’obtenir du crumble, des gâteaux ou des tartes, peut facilement être prise pour un fruit. En réalité, c’est un légume-tige qui peut être qualifié de légume-fruit.

Quoi qu’il en soit, tous ces aliments restent des alliés santé. N’hésitez donc pas à consommer des fruits au travail de façon quotidienne.

Qu’est-ce qu’un faux fruit ?


Tous les fruits ne résultent pas exclusivement de la transformation du pistil. Botaniquement parlant, ceux que l’on appelle faux fruits disposent de pièces florales qui, au lieu de tomber suite au processus de fécondation, entrent dans la formation du fruit. Dans ce cas-là, le fruit n’est pas uniquement composé du seul carpelle.

Si on prend comme exemple la poire ou la pomme, ce sont des faux fruits à base de réceptacle floral. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le vrai fruit correspond à la partie centrale, ainsi qu’aux pépins qu’elle entoure. La chair que nous consommons en premier résulte du développement du réceptacle.

Il en est de même les fraises. Par exemple, si vous voulez manger le vrai fruit issu du fraisier, vous devez vous contenter des akènes de la fraise qui correspondent aux petits grains jaunes que l’on retrouve dessus.

D’autres faux fruits sont composés de bases de pétales, de sépales ou d’étamines. Néanmoins, qu’ils soient vrais ou faux, vous pouvez très bien les inclure dans vos paniers de fruits au travail pour profiter de leurs vertus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.