La certification Haute valeur environnementale (HVE) est décernée aux exploitations agricoles reconnues respectueuses de l’écosystème dans tout leur processus de production. Selon la législation, leurs efforts pour la minimisation de leur impact environnemental doivent s’articuler autour des 4 volets suivants :

  • la pérennisation de la biodiversité
  • les pratiques phytosanitaires
  • les méthodes de fertilisation
  • la gestion de l’eau

Toutes les filières peuvent s’engager dans cette démarche agroécologique. La certification HVE leur permet de prétendre à diverses aides de l’État et d’autre part, leurs produits jouissent également d’une meilleure visibilité sur le marché. Des corbeilles de fruits au bureau provenant d’une exploitation HVE sont donc incontestablement prisées du public, car elles sont issues de bonnes pratiques soucieuses de l’environnement.

Les 3 niveaux de la certification HVE

La Commission nationale de certification environnementale (CNCE) a mis en place un protocole encadrant la certification HVE. Seul un organisme certificateur reconnu par le ministère de l’Agriculture peut mener cette action.

Pour la production de fruits au bureau, l’agriculteur va en principe progresser graduellement et passera par les 3 niveaux suivants.

Le niveau 1

Ce niveau est validé dès lors que l’exploitation respecte les conditions édictées par la réglementation environnementale.

Le niveau 2

L’agriculteur doit instaurer une stratégie de management environnemental édictant les moyens qu’il compte mettre en place pour minimiser l’impact de son activité sur la nature, et ce, conformément aux 16 exigences énumérées dans un référentiel. Celui-ci prévoit également 25 points de contrôles basés sur les 4 rubriques citées précédemment : la biodiversité, la politique phytosanitaire, la fertilisation et la gestion de la ressource en eau d’après les besoins des végétaux et de l’état hydrique du sol. L’exploitant est par ailleurs soumis à une obligation de moyens et doit déployer tous ses efforts sur l’ensemble de son exploitation.

Le niveau 3

Il s’agit du plus haut niveau de la certification Haute valeur environnementale. L’agriculteur est toutefois tenu à une obligation de résultat pour la décrocher. Dans le but de mesurer ses efforts, le certificateur va calculer des indicateurs de performance en s’appuyant sur les 4 thématiques environnementales.

Deux options sont disponibles : l’option A et l’option B. L’option A par l’approche thématique consiste à déterminer s’il a concrètement réussi sa démarche agro-écologique et dans ce cas, il doit obtenir au moins 10 points pour chaque thématique.

L’option B ou l’approche globale consiste à choisir entre les deux mesures suivantes :
– 1 : des infrastructures agro-écologiques occupent au moins 10 % de la surface agricole utilisée (SAU) ou bien des prairies permanentes de plus de 5 ans remplissent au moins 50 % de la SAU ;
– 2 : le poids des intrants dans les ventes est inférieur ou égal à 30 %.

Soulignons enfin que toute certification de niveau 2 et 3 est valide 3 ans. Un audit doit être mené avant chaque échéance pour la renouveler. Des contrôles sont régulièrement réalisés par les sociétés certificatrices afin d’encourager l’agriculteur dans sa voie et aussi pour s’assurer qu’il respecte toujours les conditions d’octroi de la certification HVE. Il faut également qu’il maintienne constamment les seuils des indicateurs de performance environnementale.

Citrons

Les avantages de la certification HVE pour l’exploitant

Outre le fait de mieux respecter l’environnement, l’exploitant met également ses produits en valeur sur son marché. Il attirera essentiellement les consommateurs sensibles aux conséquences de l’activité humaine (dont l’agriculture) sur l’écosystème et qui préfèrent se fournir en denrées produites d’une manière écologique et responsable.

L’agriculteur peut également poser le logo « Issu d’une exploitation Haute valeur environnementale » sur ses produits à la condition qu’ils proviennent à 95 % d’une exploitation HVE, et ce, qu’ils soient transformés ou non. Il a aussi le droit de mettre cette certification en avant sur ses supports de communication ou documents commerciaux à l’instar des devis, des factures, des bons de livraison, etc.

Certains professionnels verront également leur carnet de commandes s’étoffer, puisque les cantines scolaires et administratives sont tenues de s’approvisionner en vivres HV2 à hauteur de 50 % au moins.

Les agriculteurs HVE ont enfin droit à quelques avantages accordés aux exploitants de structures bios à savoir le crédit d’impôt plafonné à 2 500 €. Les GAEC peuvent prétendre à 10 000 € de crédit d’impôt. Les exploitations HVE3 sont enfin exemptées du conseil stratégique phytosanitaire.

La culture de bons fruits dans des vergers HVE

Dans le cadre de la préservation de la biodiversité, un verger HVE peut prévoir des infrastructures agro-écologiques comme des haies, des prairies inondables ou des étendues d’eau. Ces installations soutiennent le développement de biodiversité fonctionnelle et offrent un habitat aux auxiliaires de cultures. Des ruches peuvent également être disposées entre les arbres.

Une bonne stratégie phytosanitaire peut consister à réduire les pesticides de moitié. Des méthodes alternatives à la lutte chimique seront de même mises en œuvre. L’agriculteur peut également minimiser la consommation de carburant dans son exploitation.

La gestion de la fertilisation peut être axée sur une optimisation de l’utilisation de fertilisants de manière à ce qu’ils apportent uniquement les nutriments nécessaires aux arbres et aux plantes sans qu’ils se déversent dans la nature.

Enfin, une irrigation bien pensée est développée en fonction de l’état hydrique du sol et des besoins de chaque arbre. Sa gestion peut consister à adopter un système d’irrigation économe en eau. Un dispositif intelligent peut aussi être mis en place pour que l’apport en eau corresponde réellement aux besoins de la plante. Les approvisionnements dans les cours d’eau sont limités en période d’étiage. Les équipements d’irrigation sont régulièrement contrôlés afin de détecter les fuites.

Au final, tout comme le label rouge et le label AB (Agriculture biologique), la certification HVE rassure le public qui va acheter les produits d’un exploitant en toute confiance, sans se poser des questions sur leur qualité et sur leur mode de production. Nous aussi, nous proposons des fruits au bureau certifiés HVE, aussi n’hésitez pas à nous passer vos commandes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.